Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog










Roman d'espionnage et thriller poétique sur fond de mondialisation, de manigances et de secrets, Code source fait suite à Identifications des schémas, « l'un des premiers authentiques romans du 21ème siècle. » Washington Post








Quelques mots sur l'auteur

Gibson est le créateur du terme "cyberespace", américain qui vit aujourd'hui au Canada, il est l'un des fondateurs du "cyberpunk" qui a pris forme dans les années 80, mouvement qui a mis les réseaux informatiques au coeur de la littérature SF. En 2003 il a sorti Identification des schémas, et depuis il cesse d'écrire sur le futur et se consacre à notre présent.
Note : Il a autant été influencé par la SF que par la beat generation (cf jack kerouac...)

L'histoire

On suit trois personnages qui n'ont a priori rien en commun (mais tout se regroupe bien sûr).
Hollis Henry est une ex chanteuse de rock, devenue journaliste, elle évolue dans un milieu très hype, elle bosse là sur un mouvement artistique nommé  "locative art", un phénomène tendance à base de données gps. Il faut imaginer la réalité recouverte d'une grille GPS où des oeuvres sont visualisables grâce à un casque de réalité virtuelle. En enquêtant sur le sujet, Hollis rencontre Chombo, l'artiste incontesté du mouvement, c'est un ex ingénieur de systèmes de guidage, à l'allure déjanté, parano (il refuse de dormir 2 fois dans le même carré de cette fameuse grille GPS qu'il a matérialisé chez lui).
Cut/
On a Tino, un cubain qui  transmet clandestinement des données sur des Ipod. Il parle une langue incompréhensible, le volapück, qui permet ce traffic secret.
Des agents, aussi avenants que l'agent smith de matrix, sont constamment sur sa trace...
Cut/
Et Milgrim, drogué et absent, vient de se faire sortir de prison pour le compte de ces mystérieux agents secrets, il parle ce langage particulier utilisé par les trafiqueurs de données, et effectue les traductions des messages interceptés contre sa dose.

Tous vont se retrouver autour d'un mystérieux contenair pisté par Chombo.

Pour finir

Pas de sousoupes volantes, Gibson parle de notre société, il soulève les accents/excés technologiques qui nous entourent et les zoom.
Code source nous ouvre un univers punk chic, où bobos, espions, trafiquants de données géolocalisées s'entremêlent. La plume de Gibson est...une sorte de poèsie-hermétique-un-peu-gloque! mouai, dis comme ça ça fait peur et c'est vrai que ça surprend et déroute au départ. Mais une fois le style adopté, on en sort plus!

Ah oui! Il est sorti chez diable vauvert! (édition qui ne me déçoit jamais en fait, faut bien le dire! ;) )

A +!
Tag(s) : #Lectures : surtout du polar...

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :